B. Un espace de conflits entre croisade et Jihad

1. Le Proche-Orient

Après avoir pris Jérusalem en 1071, les Turcs Seldjoukides bloquent l’accès des pèlerins chrétiens à la ville sainte. Cette intolérance sert de prétexte à la première croisade.

En 1095, lors du Concile du Clermont, le pape Urbain II lance un appel à la croisade contre les Turcs pour restaurer le pèlerinage du Saint-Sépulcre à Jérusalem et venir en aide aux Chrétiens d’Orient en réponse à l’appel à l’aide de l’empereur byzantin. Le pape y voit également l’occasion de détourner les seigneurs chrétiens de leurs habitudes violentes de se faire la guerre. En échange de leur engagement, le pape accorde aux croisés la promesse du pardon de leurs péchés (indulgences).

L’appel du pape est entendu et mène à la prise de Jérusalem en 1099 par les Francs qui établissent alors les États latins d’Orient : le royaume de Jérusalem, la principauté d’Antioche, les comtés de Tripoli et d’Edesse.
La réaction des musulmans, mobilisés contre les croisés (Jihad) par les turcs Zengi et Nur ad-Din puis le kurde Saladin est un succès : Edesse (1144) puis Jérusalem (1187) sont reprises par les musulmans.

Par la suite d’autres croisades sont menées afin de défendre, en vain, les États latins d’Orient qui disparaissent en 1291. Ces croisades créent également des tensions entre les deux mondes chrétiens à l’image de la prise et du pillage de Constantinople par les croisés en 1204 (quatrième croisade).

2. La Péninsule ibérique

Au VIIIe siècle, les musulmans étendent leur domination sur la péninsule ibérique. Une large partie de l’Hispanie est alors sous le contrôle du califat omeyyade de Cordoue (Al-Andalus) jusqu’au XIe siècle.

Les chrétiens, cantonnés au Nord, profitent de la fragmentation du califat de Cordoue (taifas) pour reprendre des territoires aux musulmans et s’étendre vers le Sud : c’est le début de la Reconquista symbolisée par la prise de Tolède par le roi de Castille en 1085.

Les musulmans organisent la contre-offensive sous l’impulsion des berbères Almoravides puis des Almohades depuis le Marghreb (Maroc) : c’est un jihad.

En 1212, la victoire de Las Navas de Tolosa ouvre la voie à la reconquête rapide par les chrétiens d’une grande partie des territoires musulmans de la péninsule ibérique. Seul le royaume de Grenade, tout au Sud, reste sous le contrôle des les musulmans. Il tombe en 1492.

La péninsule ibérique est un espace où cohabitent des communautés différentes (chrétiens, juifs, musulmans). Si la Reconquista pousse certains musulmans à fuir, les rois chrétiens font néanmoins preuve d’une relative tolérance envers les minorités religieuses (chartes sur la Maures au Portugal).


Vocabulaire

Al-Andalus : expression qui désigne les territoires de la péninsule Ibérique contrôlés par les musulmans entre 711 et 1492.

Croisades : expéditions militaires organisées par le pape dans le but permettre le pèlerinage en Terre sainte. => guerre sainte

Guerre sainte : guerre « légale » lancée par les autorités religieuses au nom de Dieu contre les infidèles.

Indulgences : dans la chrétienté, réduction ou annulation du temps de Purgatoire (avant l’accès au Paradis) pour le croyant.

Jihad : guerre sainte pour combattre les chrétiens et unifier le monde musulman.

Reconquista : reconquête, par les royaumes chrétiens, des territoires de la péninsule Ibérique alors contrôlés par les musulmans.

Print Friendly, PDF & Email