B. La thalassocratie athénienne

1. La ligue de Délos

A l’issue des guerres médiques (les Grecs contre les Perses), Athènes fonde en 478 av. JC une alliance militaire avec d’autres cités grecques appelée la Ligue de Délos pour se protéger des Perses. Athènes garantit ainsi la sécurité de ses alliés contre une contribution (le trésor de Délos) lui permettant d’entretenir une puissante flotte de combat (avec ses trières). Athènes domine alors la mer Égée grâce à sa puissance maritime : on parle de thalassocratie.

Forte d’une telle influence, Athènes impose sa monnaie aux cités de la Ligue et installe de fait sa domination commerciale sur la région.
Sous l’impulsion de Périclès, le trésor de Délos est transféré à Athènes en 454 av. JC : cet argent va servir le rayonnement de la cité grecque (avec par exemple la reconstruction du Parthénon).

2. La fin de l’âge d’or d’Athènes

Athènes est devenue une cité dominatrice qui impose sa volonté aux membres de la Ligue de Délos (monnaie, garnisons, unités de mesure…) et réprime toute révolte (comme à Samos). L’extension de son influence inquiète Sparte, autre cité grecque puissante.

La menace athénienne entraîne une guerre entre les deux cités rivales : la guerre du Péloponnèse (de 431 à 404 av. JC). Athènes a l’ascendant grâce à sa puissance navale mais une épidémie de peste (ou de typhus) l’affaiblit (Périclès en est victime en -429) et pousse à un compromis en 421 av. JC. (paix de Nicias).

La reprise de la guerre (expédition de Sicile) cause une crise politique à Athènes (expérience d’une révolution oligarchique en 411 av. JC). La guerre du Péloponnèse s’achève finalement par la victoire de Sparte en 404 av. JC. La Ligue de Délos est dissoute et une tyrannie est imposée à Athènes. C’est la fin de l’ « âge d’or » d’Athènes.


Vocabulaire

Thalassocratie : puissance politique qui s’appuie sur la domination de la mer.

Trière : navire de guerre athénien à rangs de rames où servent les thètes, citoyens pauvre d’Athènes.

Tyrannie : exercice de l’autorité par une personne (le tyran) qui a conquis le pouvoir illégalement et par la force.


Documents

– carte : Le monde grec au Ve siècle av. JC

Média : Des guerres médiques à la Ligue de Délos (MP3) [extrait de « Périclès démocrate, vraiment ? » par Vincent Azoulay, Concordance des temps, France Culture, 18 mai 2019]

Les trières athéniennes dans le film « 300 » (ou les guerres médiques revisitées).


Bande Annonce Officielle de « 300 : La naissance d’un Empire » réalisé par Noam Murro.

A. La démocratie athénienne

1. L’installation d’un régime original

Au Ve siècle av. JC, Athènes est une démocratie : le démos (= peuple) participe ainsi aux affaires de la cité. Ce nouveau régime politique est le résultat de réformes politiques (Solon, Clisthène) menées au siècle précédent.

La démocratie athénienne repose sur l’égalité politique des citoyens à l’Ecclésia, assemblée dans laquelle chaque citoyen vote les lois ou l’ostracisme, élit les magistrats et décide de mener ou non une guerre. Un citoyen peut également être tiré au sort pour participer à la Boulè qui prépare les lois, pour siéger à l’Héliée qui rend la justice ou même pour devenir magistrat (fonction de commandement). Toutefois, les magistrats les plus importants, les stratèges, sont élus et souvent issus des familles riches.

Périclès favorise la participation de tous les citoyens à la vie politique en créant une indemnité pour les juges de l’Héliée, étendue ensuite aux autres fonctions politiques : c’est le misthos.

La leçon lue par Shyanne (2G7/LPO Balata)

2. Les limites de la démocratie

A Athènes le démos est circonscrit aux citoyens. Or un grand nombre d’habitants d’Athènes sont exclus de la citoyenneté et donc de la vie politique : les femmes (et les enfants), les métèques et les esclaves.

De plus, Périclès restreint l’accès à la citoyenneté (en 451 av. JC). Pour devenir citoyen il faut être né de père et de mère athéniens, avoir prêté serment et effectué son service militaire et civil (éphébie).

Enfin, l’égalité entre les citoyens est discutable. D’abord, il n’y a pas d’égalité sociale : les classes censitaire déterminent la place de chaque citoyen dans la société. Mais surtout, si la démocratie reconnaît l’égalité des droits politiques entre les citoyens à l’Ecclésia (isonomie), dans les faits, ce sont les Athéniens les plus riches qui dominent la vie politique.

La leçon lue par Djarns(2G7/LPO Balata)


Vocabulaire

Démocratie : régime politique dans lequel la souveraineté appartient aux citoyens.

Ecclésia : assemblée des citoyens. Elle se réunit sur le Pnyx (colline d’Athènes).

Ephébie : service militaire et civique obligatoire pour obtenir la citoyenneté à Athènes (entre 18 et 20 ans)

Métèque : étranger domicilié à Athènes.

Misthos : indemnité octroyée par Périclès aux citoyens qui ont une fonction politique à Athènes. Cette initiative (misthophorie) permet aux citoyens les plus modestes de pouvoir participer à la vie politique d’Athènes.

Ostracisme : condamnation, votée par l’Ecclésia, d’un citoyen à l’exil pour une période de dix ans.


Documents

Les « pères » de la démocratie athénienne

Les institutions démocratiques à Athènes (Ve siècle av. JC)

Des archives à la reconstitution : le Klérotérion
« Le tirage au sort démocratique, Patrice Masini, CNRS Images, 2017.

Etude de documents : Périclès et la démocratie athénienne (PDF)

Intro. La périodisation de l’Histoire en France

I. S’approprier le temps

A. Un héritage romain et chrétien du décompte du temps

  • Mesurer le temps = idée ancienne → périodicité solaire/lunaire
  • Invention d’outils pour mesurer le temps (cadran solaire, clepsydre, sablier) et pour s’y repérer (calendrier)

B. Différentes manières de « penser » le temps

1. Plusieurs conceptions du temps qui passe
En France :
– vision linéaire du temps = un début et une fin → représentation sous forme de frise
– vision « progressiste » du temps → temps = source de progrès (révolution industrielle au XIXe, médecine au XXe)

Autres conceptions :
– conceptions cycliques (Aztèques, Chinois, Japonais…)
– conceptions déclinistes = le temps est une force qui éloigne les hommes des Dieux (Grecs)

2. D’autres calendriers = choix culturels
– calendrier musulman (lunaire) → débute par l’Hégire (622 du calendrier chrétien)
– expérience du calendrier révolutionnaire → début avec la République (1792)

C. Différentes manières de se repérer dans le temps

Les historiens utilisent une série de mesures pour se repérer dans le temps.

Repères « objectifs » :
– le millénaire → période de mille ans
– le siècle → durée de cent ans
– la décennie → période de dix ans

Repères « subjectifs » :
– des références à un acteur de l’Histoire : sous le règne de Louis XIV (période durant laquelle le roi exerce son pouvoir = 1643-1715), le siècle de Périclès (Ve s. av. JC)
– des chrononymes (référence à un événement) : « l’entre‑deux‑guerres » (1918‑1939), « la Belle Époque » (1900‑1914)
– la « période longue » qui découpe l’Histoire selon des choix culturels, scientifiques ou politique

II. La périodisation

A. La périodisation, c’est quoi ?

Périodisation : diviser le temps en périodes. Ce sont généralement des périodes longues.

Période : segment de l’Histoire qui se distingue des autres par des caractères propres.

Périodiser, c’est donc :

– ranger les événements dans le temps

– établir des continuités et des ruptures

B. Les grandes périodes de l’Histoire

En France, l’histoire est découpée en 4 grandes périodes :

→ l’Antiquité (-3300 à 476)

→ le Moyen Âge (476 à 1492)

→ l’époque moderne (1492 à 1789)

→ l’époque contemporaine (à partir de 1789)

C. La périodisation par rapport à des ruptures

L’Antiquité (-3300 à 476)

Unité : cités-États (Athènes, Sparte) et grands empires (Romains, Perses)

Début de l’Antiquité (rupture) : « Apparition » de l’écriture (vers -3300) = début de l’Histoire
→ limite : écriture résultat d’une évolution longue

Fin de l’Antiquité (rupture) : 476 = chute de l’Empire romain d’Occident
→ limite : partage de l’Empire romain en deux (Théodos, 395), déclin plutôt que chute, pas de bouleversement pour les contemporains, Constantinople survit à Rome (continuités)

Le Moyen Âge (476 à 1492)

Unité : développement de la féodalité et place grandissante de l’Église dans la société

Fin du Moyen Age (rupture) : 1492 = découverte de l’Amérique par Christophe Colomb → début de la « mondialisation »
→ limite : quotidien inchangé pour la majorité paysanne d’Europe (continuité)

Certains historiens préfèrent la date de 1453 : prise de Constantinople par les Ottomans
→ Constantinople est affaiblie depuis longtemps

L’époque moderne (1492 à 1789)

Unité : développement des grandes monarchies + mise en relations des continents

Fin de l’époque moderne (rupture) : 1789 = Révolution française → bouleversement en France et en Europe
→ limite : 1792 = Première République → rupture avec l’Ancien régime

D. Les limites de la périodisation

– Continuités persistant d’une période à l’autre
→ le quotidien des paysans européens n’est pas bouleversé par la découverte de l’Amérique

– Subjectivité : découpage = résultat de choix culturels, scientifiques ou politiques
→ vision « française » des événements (ailleurs les bornes peuvent être différentes)

– Apparition d’une nouvelle période mobile au XXe s. : le temps présent → période pour laquelle on trouve encore des témoins vivants

Bilan : Si les découpages sont utiles, les ruptures et les continuités que connait l’Histoire sont parfois complexes à distinguer pleinement. Les périodes sont donc le résultat de choix arbitraires.

Bienvenue !

Les Secondes, voici votre site sur lequel vous trouverez des leçons et des documents pour vous aider à travailler toute l’année.

Ces informations doivent vous permettre de préparer votre cours (lecture) avant la classe puis de comparer/compléter vos notes et éclaircir des points qui vous paraissent difficiles.

Gardez à l’esprit que la prise de note en classe est obligatoire (compétence importante dans votre formation présente et future).

Ce site, qui propose un résumé des idées essentielles à connaître, est une source parmi d’autres et ne vous dispense pas d’aller chercher des informations dans des manuels, ouvrages et autres sites.

Bon courage !